L’Eure joue en déjouant les préjugés

« La publicité touristique, c'est souvent l'enchère aux jolis paysages et aux jolies phrases. » Jérôme Diez, directeur de la création de Josiane (paris), n’est pas fan et son agence, du reste, n’a pas l’habitude de travailler avec des collectivités.

93 actus_eure

Mais le brief du Département de l’Eure pour sa nouvelle campagne touristique a interpelé son équipe de créatifs : « On sait ce qu’on a, on sait ce qu’on n’a pas et on ne le cache pas. On assume ce qu’on dit de nous parce qu’on est fier de ce qu’on a », résume Orlane Jauregui, directrice générale adjointe du Département, qui ne voulait pas, précisément, d’une agence spécialisée dans la communication touristique. Quelques mois et une prise de parole spectaculaire plus tard, elle ne le regrette pas.

« Quand on nous a demandés de faire la publicité d'un des départements les moins considérés de France, on se doutait bien qu'on n’allait pas s'en sortir avec de la poésie et un filtre instagram, poursuit Jérôme Diez. Il a fallu une idée. » Le concept proposé : mettre en avant les préjugés de ceux qui ne connaissent pas le territoire ou les avis de ceux qui ne l’aiment pas, pour mieux les contrer en ouvrant le débat et en tendant le micro aux fans de l’Eure, les #LovEure. L’invitation à venir vérifier sur place par soi-même n’est jamais bien loin. « L’Eure ne laisse personne indifférent, et c'est pour ça que vous l’aimerez », selon cette campagne déployée cet automne sur le Web et les réseaux sociaux pour promouvoir la marketplace touristique du Département. Au cœur du dispositif, un film inspiré des micro-trottoirs, dans lequel les habitants réagissent aux tweets parfois très sévères vis-à-vis de leur terre (voir sur video.briefmag.com).

« Ce n’est qu’un début, un fil rouge qu’on installe et qu’on va tirer sur une longue période, promet Orlane Jauregui. La campagne prendra notamment une envergure importante au printemps 2022, dans la foulée d’un Salon de l’agriculture dans lequel on investit beaucoup, et au moment de la sortie d’un Guide du Routard consacré au Département. » Josiane a, paraît-il, été sacrément inspirée. « On dispose de tout un cahier dans lequel on pourra piocher au fur et à mesure, sourit la DGA. On a largement de quoi faire du storytelling ! »

ANTOINE GAZEAU