La com’ et les services : je t’aime, moi non plus

Les uns ont besoin des autres et inversement. En cas de dysfonctionnement, d’ailleurs, les torts sont (souvent) partagés entre services et communicants. Et les efforts doivent être mutuels pour mieux se comprendre et travailler ensemble. 

Les premiers doivent remplir leur part du contrat et les professionnels de la communication publique proposer des outils et autres process pour mettre de l’huile dans les rouages.

Avant d’intégrer la com’ de Mulhouse Alsace Agglomération (m2A) comme attachée de presse au printemps, Orlane Foucault a exercé dans d’autres services de la collectivité et se rappelle son état d’esprit de l’époque : « En interne, on ne mesure pas le travail réalisé par la communication et sa vision transversale. » Même si le métier a gagné en légitimité, il peine encore à imposer son expertise et sa gouvernance aux yeux d’agents aux attentes multiples, parfois divergentes, entre les communicants en puissance et les réfractaires à la prise de parole.

[...]

Lire la suite dans Brief...

Acheter ce numéro

S'abonner à Brief